.....fumer...(du crack)...ou des crapeauds

Publié le par Mr Yahp

                      
 

Strucutre du 5-MeO-Dmt
 
Elle fut synthétisée pour la première fois en 1936. C'est le produit de synthèse qui est essentiellement consommé comme drogue par les occidentaux.
 
La 5-MeO-DMT est un dérivé de la tryptamine (composé aromatique), dans lequel
  • les atomes d'hydrogène à l'extrémité de la chaîne carbonée sont remplacés par des groupements méthyle (comme dans la DMT) ;
  • l'atome d'hydrogène d'un des atomes de carbones du cycle aromatique carboné est remplacé par un groupement méthoxy (-O-CH3).
  • Elle a pour formule semi-développée CH3-O-C8H5N-(CH2)2-N(CH3)2, son poids moléculaire est de 218,30 g/mol(gramme  et son nom en nomenclature chimique est 5-méthoxy-N,N-diméthyltryptamine.
  •  
    g/mol:(gramme/ La mole (symbole : mol) est une unité de base du système international, apparue en 1972, qui est principalement utilisée en physique et en chimie. La mole correspond à la quantité de matière d'un système contenant autant de particules individuelles
     
    L'utilisation de cette molécule à des fins thérapeutiques fait l'objet de recherches. Elle pourrait notamment aider les toxicomanes à réduire leur dépendance de certaines drogues addictives, comme la cocaïne ou l'héroïne.
     
    La 5-MeO-DMT est un produit apparenté à la DMT, avec laquelle elle partage le mode de consommation (essentiellement fumé), la rapidité de l'effet et sa courte durée. En revanche, la sensation est celle d'une disparition de la réalité environnante qui est souvent décrite comme un « trou noir » ou un « vide ». Des expériences de mort imminente sont également relatées, comme pour la DMT.
     
    La dose est également de plus faible quantité, environ 10 mg lorsque la 5-MeO DMT est fumée. Elle peut être prise en intraveineuse en plus faible quantité (2 mg).
     
     
    Le diméthyltryptamine ou DMT est une substance psychotrope puissante (souvent synthétique mais aussi présente de façon naturelle chez plusieurs plantes dont Banisteriopsis rusbyana). Il est considéré comme un stupéfiant dans certains pays.
     
    Se présentant pur sous forme cristalline et généralement fumé, il procure un effet hallucinogène quasi-immédiat et de courte durée ainsi qu'une expérience de mort imminente dans certains cas.
     
    Les dangers associés à la diméthyltryptamine ne sont pas connus.
     
    La diméthyltryptamine est régi au Canada par la Loi sur les aliments et drogues et est classée comme une "Schedule III Drug". Sa possession et son trafic y sont passible d'une peine d'amende ou de prison, allant jusqu'à dix ans de prison ferme pour son trafic.
     
    Le DMT est un dérivé de la tryptamine (composé aromatique) dans lequel les atomes d'hydrogène de l'atome d'azote situé à l'extrémité de la chaîne carbonée sont remplacés par des groupements méthyle. Il a pour formule semi-développée C8H6N-(CH2)2-N(CH3)2,
     
    son poids moléculaire est de 188,27 et son nom en nomenclature chimique est le N,N-diméthyltryptamine.
     
    La diméthyltryptamine se présente sous la forme d'un cristal blanc.
     
    Il est présent à l'état naturel dans de nombreuses plantes, dont l'une entre dans la composition du breuvage hallucinogène ayahuasca consommé par certains Indiens de la jungle amazonienne lors de cérémonies rituelles.
     
    Fumée, la diméthyltryptamine procure un effet hallucinogène quasiment immédiat, parfois même avant d'avoir terminé le joint ou la pipe. Les deux phases sont :
    • une « montée » de deux à cinq minutes ;
    • une « descente » d'une demi-heure à une heure, au cours desquelles le consommateur retrouve progressivement sa vision et ses sens.
    Les effets sont principalement visuels, avec une altération de la vision (déformation des images) et des hallucinations faisant intervenir des couleurs et des éclairs. Des sensations tactiles sont également rapportées.
     
    Certains consommateurs évoquent une expérience de mort imminente durant quelques minutes.
     
    Les recherches n'ont pas décelé d'effets secondaires de la diméthyltryptamine que ce soit après la prise ou en cas de consommation chronique.
     
    Le déclenchement d'une schizophrénie ou d'une paranoïa chez les sujets prédisposés est imputée à la substance (selon l'avis du Centre d'accueil et d'aide aux toxicomanes et à leurs familles, association française à but non lucratif) mais aucune étude n'a permis de confirmer cette hypothèse.
     
    La diméthyltryptamine se prend par doses d'environ 60 milligrammes, en se fumant mélangé avec du tabac dans un joint ou dans une pipe. La prise par ingestion est inefficace car une enzyme de l'estomac, la monoamine oxydase, en détruit le principe actif.
     
    Il est donc nécessaire d'utiliser un IMAO
     
    (inhibiteurs des monoamines oxydases (inhibiteurs MAO ou IMAO)... ),
     
    un antidépresseur qui bloque cet enzyme, pour ressentir les effets du DMT par ingestion. C'est cette combinaison qui est présente dans le breuvage indien ayahuasca.
     
    Contrairement au LSD, qui procure une sensation hallucinogène plus progressive et d'une plus grande durée,
     
    la diméthyltryptamine n'est pas considérée comme une drogue récréative en raison des sensations désagréables voire traumatisantes qu'elle provoque chez certains consommateurs
     
    (sensation de mort imminente),
     
    bien que l'expérience soit perçue comme agréable par d'autres utilisateurs.
     
    La diméthyltryptamine est généralement consommé de manière solitaire à l'écart des réunions festives.
     
    Les utilisateurs de la diméthyltryptamine relatent être attirés par l'effet immédiat, bref et intense que procure la drogue, son absence d'effets secondaires notables après la prise, ainsi que par l'attrait d'expériences sensorielles hors normes, en particulier, l'expérience de mort imminente.
     
    Certaines recherches tendent à montrer que le DMT est produit naturellement en très petites quantités par la glande pinéale, connue également sous le nom d'épiphyse.
    Certains émetent l'hypothèse qu'à l'instant précis de la mort, la glande pinéale décharge une plus grande dose de diméthyltryptamine dans le cerveau, rendant le passage de vie à trépas moins pénible.
     
    Cette hypothèse expliquerait cette sensation de mort imminente relatée par certains utilisateurs du DMT.
     
    La 5-MeO-DMT ou 5-méthoxy-diméthyltryptamine est une substance psychotrope puissante (souvent synthétique) utilisée comme drogue. Elle est considérée comme un stupéfiant dans certains pays.
    crapaud du désert de Sonoran (Bufo alvarius)
                                                                            bufo alvarius
     
    Le venin du crapaud du désert de Sonoran (Bufo alvarius)
    contient du DMT, du 5-MeO-DMT et de la bufoténine. D'autres crapauds (p. ex.: Bufo marinus)
     
    contiennent aussi de la bufoténine,
    mais le venin est trop toxique pour être utilisé comme hallucinogène.
    Il suffit d'extraire le venin et de le fumer dans une pipe ou un bong. Mais il faut une flamme très forte pour être efficace, un briquet normal ne brûlera pas assez chaud pour être efficace. Ne mettez pas la flamme directement sur le venin mais sous la pipe. Le venin va fondre et se vaporiser. Au moment où on entend sauter et crépiter, il faut inhaler longtemps et lentement tout en gardant la flamme directement sur la pipe, et garder un peu la fumée dans les poumons. N'utilisez la pipe que pour le venin parce que l'accumulation de résidu dans la cuvette et la condensation des vapeurs dans la tige peuvent être suffisantes pour vous redonner un "high".
     
    On peut facilement extraire le venin du crapaud. Placez un miroir ou une autre surface bien lisse en position verticale. Tenez le crapaud fermement avec une main en face du miroir et, avec le pouce et l'index de l'autre main, serrez près de la base de la glande jusqu'à ce que le venin soit projeté sur le miroir. De cette manière, le venin peut être rassemblé facilement, exempte de saletés et de liquides libérés quand crapaud est manipulé.
     
    Employez cette méthode pour rassembler le venin de chacune des glandes granulaires du crapaud : ceux sur l'avant-bras, ceux sur le tibia et le fémur de la jambe de derrière, et, naturellement, les parotides sur le cou. Chaque glande peut être serrée une deuxième fois pour extraire plus de venin si vous accordez une heure de repos au crapaud. Quand les glandes sont vides, elles demandent  quatre à à six semaines pour la régénération.
     
    Le venin frais est visqueux et de couleur laiteux-blanc. Il commence à sécher en quelques minutes et prend la couleur et la texture de la colle à base de caoutchouc. Récupérez le venin sur le miroir, séchez-le complètement, et mettez-le dans un récipient hermétique jusqu'à ce que vous soyez prêt à le fumer. La dose normal pour un adulte de taille moyenne est un morceau de venin sec de la taille d'une tête d'allumette.

     
    Les anthropologues ont longtemps pensé que les peuples antiques de Mesoamerica ont employé un crapaud, le bufo marinus, comme drogue rituelle. Cette hypothèse se repose sur beaucoup de représentations iconographiques et mythologiques des crapauds et sur un certain nombre de rapports ethnographiques spéculatifs. Les auteurs rejettent le bufo marinus en raison de la toxicité de son venin. Ils pensent que ça doit être plutôt le crapaud du désert de Sonoran, le bufo alvarius, qui sécrète de grandes quantités d'un hallucinogène puissant, le 5-MeO-DMT. Les auteurs démontrent que le venin du bufo alvarius, bien que toxique une fois consommé oralement, peut être fumé sans risque et est un puissant psychoactif consommé de cette manière. Ces expériences sont la première documentation d'un agent hallucinogène du royaume animal, et elles fournissent l'évidence claire d'un crapaud psychoactif qui pourrait avoir été utilisé par des peuples Precolumbiens du nouveau monde.
     
    Bufoténine

    Il s'agit de la matière première de certains haricots de la famille des mimosaceae (Piptanidia Peregrina). On la trouve également  dans la sécrétion des crapauds Bufo alvarius.
     
    Fumée, elle provoque une légère désorientation, une euphorie et des jeux de couleurs à partir de doses de 50 milligrammes.

    Par voie intraveineuse, de 4 à 20 mg pour un adulte.

    La population primitive du nord de l'Argentine transforme les haricots en poudre à priser (Yopo).
     
    Cela a pour effet, à côté de légères crampes et de nausées, des hallucinations et un sommeil agité.
     
     Les tribus de l’Orénoque utilisaient la poudre qu'ils appellent « cohoba », pour  rendre les guerriers insensibles à la peur et à la douleur.
     
                                                     bufo alvarius

    Publié dans yahp

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article