EL tabaco

Publié le par Mr Yahp

  • Première illustration du tabac en 1571.  
 
L'usage très extensif du tabac dans le monde, beaucoup plus prisé
que n'importe quel toxique même si les effets individuels et sociaux
de cette pratique sont extrêmement bien connus, a engendré la
constitution de majors d'industrie puissants et d'un mouvement
anti-tabac de plus en plus suivi par la population et les politiques.
 
Malgré les problèmes de santé publics, l'industrie du tabac ne
veut pas renoncer à l'exploitation du tabac sous forme de cigarette
et/ou de cigare.
 
Les moyens employés pour conserver ou augmenter le niveau
de la production a conduit à des abus qui ont fait l'objet d'amendes
financières géantes, notamment aux USA.
 
Un certain nombre de pays développés ont pris des mesures
 
(interdictions aux mineurs, augmentation des taxes, etc.)
 
pour informer leurs nationaux et obtenir une diminution
significative de la consommation.
 
D'où les efforts actuels de l'industrie du tabac pour déplacer
le développement des ventes en direction des pays en voie de développement,
notamment africains.
  
 
Environ 5500 milliards de cigarettes sont produites mondialement
chaque année par l'industrie du tabac, consommées par plus de
 
1,1 milliard d'humains (fumeurs).
 
                                 cigarette-fondnoir
 
Il est maintenant généralement admis que la consommation de
cigarettes (avec les micro-particules) est la cause principale
(85 % des cas) du cancer du poumon ainsi qu'une cause majeure
du cancer de la gorge, même si on n'a pas encore véritablement
trouvé la cause du cancer.
 
Le risque est inhérent au tabac,
en particulier aux goudrons cancérigènes
qui entrent dans sa composition, et à ses additifs,
quelle que soit sa méthode de prise
(pipe, cigarettes ou cigare).
 
Il est prouvé depuis quelques années que la nicotine ne provoque
pas la formation de tumeurs, mais qu'elle rend les cancers existants
plus virulents.
 
La nicotine modifie la façon dont le cancer se loge dans la cellule.
 
Pour en arriver à ces conclusions, des scientifiques ont exposé
des cellules cancéreuses du poumon à une quantité de nicotine
équivalente à celle qu'on trouve dans le sang d'une personne
qui fume un paquet par jour.
 
Ils ont ensuite stimulé les cellules pour qu'elles se reproduisent.
 
Ainsi, la présence de la nicotine amène la molécule Raf-1
à contraindre la protéine Rb, qui combat habituellement les tumeurs.
                                                                                                                                   
(New Scientist)
 
                                       Deux cigarettes avec filtre.
Une cigarette est un objet jetable consistant en un
petit cylindre (généralement moins de 10 cm de longueur
et 10 mm de diamètre) de feuilles de tabac hachées
et traitées, qui est allumé afin de se consumer et ainsi
inhaler sa fumée.
 
Le terme, utilisé habituellement, fait référence à une
cigarette de tabac mais peut être appliqué pour d'autres
herbes.
 
Ce terme peut être utilisé aussi pour les cigarettes
contenant du cannabis ou ses extraits,
 
(surtout le cas dans les rapports policiers ou judiciaires)
 
mais, populairement, des mots d'argot comme joint,
 
pétard (Europe)
 
ou spliff (Europe)
sont utilisés pour les
différencier des cigarettes « normales » de tabac.
 
En pratique les cigarettes commerciales ne sont pas
composées intégralement de tabac mais mélangées
avec une quantité importante d'additifs pour plusieurs
buts comme accroître la dépendance,
 
maintenir l'uniformité de marque,
 
réhausser les caractéristiques,
 
conserver plus longtemps,
 
et même pour complètement changer les qualités
organoleptiques de la fumée.
 
Quelques cigarettes
 
 (connues comme kreteks, cigarettes
  de girofle, ou simplement girofles)
 
ont des clous de girofle mélangés avec le tabac
pour donner un effet euphorique léger.
 
Celles d'eucalyptus seraient moins nocives.
 
En plus des additifs, les cigarettes de qualité minimale
sont amalgamées avec la poussière de traitement et les
veines broyées.
 
Quelques fumeurs de cigarettes les roulent eux-même mais
la plupart les achètent dans des paquets de dix, vingt ou
même vingt-cinq.
 
Ces cigarettes commerciales contiennent généralement un
filtre en acétate de cellulose ou en coton.
 
Une cigarette se distingue d'un cigare par sa dimension moindre,
l'utilisation de feuilles traitées et son entourage en papier ;
les cigares sont composés habituellement entièrement de
feuille complète de tabac.
 
Un cigare de la taille d'une cigarette est appelé cigarillo.
 
La culture du tabac a son origine en Amérique,
il y a plus de 3 000 ans.
 
Le tabac a été fumé en premier lieu par les Amérindiens
pendant des siècles. Les indiens roulent les feuilles de tabac
jusqu'à obtenir une sorte de grand cigare qu'ils appellent "tabaco ".
 
Dans leur calumet brûle également un mélange de plusieurs
herbes dont le tabac et le chanvre. 
 
À la même époque, comme le tabac n'existe pas en Europe,
les Romains et les Grecs, qui fumaient la pipe, emploient des
feuilles d'eucalyptus et de poirier.
 
En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb
découvre le tabac et le rapporte en Europe, à la Cour Espagnole et
Portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple
plante d'ornement.
 
Ce n'est qu'au milieu du XVIème siècle que le médecin personnel
de Philippe II commence à propager le
 
 " médicament universel ": le tabac.
 
Il sera introduit en France en 1556 par un moine d'Angoulême ;
on l'appelle alors "herbe angoumoise".
 
Jean Nicot, diplomate français au Portugal, qu'il doit d'être
popularisé par son introduction à la cour de France.
 
En 1560, Jean Nicot, croyant à l'effet curatif de la plante,
envoie de la poudre à la Reine Catherine de Médicis afin de traiter
les terribles migraines de son fils François II.
 
Le traitement adu succès et le tabac devient ainsi
 
" l'herbe à la Reine ".
 
Sa vente sous forme de poudre est réservée aux apothicaires.
 
En l'honneur de Jean Nicot on appelle le tabac
 
" Nicotiana Tabacum ".
 
Plus communément, on le nomme
 
"nicotiane",
 
"médicée",
 
"catherinaire",
 
"herbe de M. Le Prieur",
 
 "herbe sainte",
 
"herbe à tous les maux",
 
"panacée antarctique"
 
et finalement "herbe à ambassadeur"
 
                             Fleurs et fruits du tabac
 
C'est à la fin du XVIème siècle qu'apparaît le mot tabac.
Au XVIIème siècle sous Louis XIV, Colbert décrète le
 
" Privilège de fabrication et de vente ".
 
Appelé nicotiane en l'honneur de son découvreur, le tabac
rencontra un grand succès à la cour de France où on lui
prêta des vertus thérapeutiques.
 
Celui-ci est d'abord concédé à des particuliers, puis à la
seule Compagnie des Indes. Le Cardinal de Richelieu instaura
une taxe sur le tabac, et Jean-Baptiste Colbert établit un
monopole d'État des ventes en 1674.
 
L'usage du tabac se popularisa, et devint la marque du
raffinement bourgeois.
 
La tabaculture devient un Monopole et rapidement les
gouvernants voient les rentrées d'argent qu'ils peuvent
espérer des taxes sur le tabac.
 
Toutefois, le tabac fut interdit en Angleterre,
dans les pays musulmans, et en Russie
où l'on risquait la peine de mort en cas de consommation.
 
En 1719, sa culture est prohibée dans toute la France avec
des condamnations qui peuvent aller jusqu'à la peine de mort.
 
Exceptions : la Franche-Comté, la Flandre et l'Alsace.
Elle le restera jusqu'en 1791.
 
En 1809, Louis Nicolas Vauquelin, professeur de chimie de
l'Ecole de Médecine de Paris isole un principe actif azoté
des feuilles de tabac.
 
La nicotine, quant à elle, sera identifiée quelques années plus tard.
 
Mais ce n'est que vers 1825, que la première cigarette est inventée.
 
La cigarette est introduite en France en 1843.Il faudra toutefois
attendre le XXème siècle pour qu'elle devienne un
"produit de consommation" courante.
 
La culture du tabac assure la fortune et l'expansion de plusieurs
colonies du sud-est des États-Unis (Maryland, Virginie...),
au cours du XVIIe siècle.
 
En France, en 1926, le service d'exploitation industrielle
des tabacs et allumettes (SEITA) est créé pour gérer le
monopole. Les bénéfices du service sont versés à la
caisse autonome pour l'amortissement des emprunts d'État.
 
En 1939, la production recensée ou occulte dépasse largement
les 2 700 millions de tonnes, elle a plus que doublé en quarante
ans et la production de cigarettes est passée de 10 milliards
en 1923 à 19 milliards en 1940.
 
L'organisation par les industriels du tabac de la distribution
gratuite de cigarettes aux militaires pendant les deux guerres
va également généraliser la consommation.
 
Mais la consommation de tabac n'a vraiment commencé à prendre
de l'ampleur que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avec
l'arrivée des " américaines ".
 
La cigarette filtre, inventée en 1930, arrivera dans les foyers en 1950.
 
L'invention de la cigarette va initier la consommation de masse de
cette drogue au niveau mondial en simplifiant sa prise.
 
La consommation de tabac devient alors planétaire.
 
En 1982, la production mondiale de cigarettes atteint
4 600 milliards d'unités.
 
Le XIXème siècle a vu la naissance de la cigarette, le XXème siècle
va voir sa prépondérance coïncider avec le développement foudroyant
des cancers du poumon, et autres affections tabagiques graves.
 
Mais ça, c'est une autre histoire?
 
 
                                   
Les tabacs sont des plantes annuelles aux fleurs hermaphrodites de la famille
des Solanacées, originaires d'Amérique du Nord. Il existe une soixantaine
d'espèces du Genre Nicotiana, réparties dans trois sous-groupes.
 
Les plants, pouvant atteindre 2 m de hauteur, comportent des feuilles isolées
mesurant de 85 cm à 100 cm de longueur.
 
On distingue le tabac d'ornement de celui utilisé pour la production de cigares
ou de cigarettes.
 
Les Nicotiana sont des plantes néotropicales nitrophiles, originaires des
régions chaudes et nécessitant un sol riche en humus.
 
La température et la nature des sols jouent un rôle prépondérant sur les
propriétés du tabac : la culture ne peut s'effectuer qu'entre des températures
allant de 15 °C à 35 °C, 27 °C constituant un idéal pour l'épanouissement
des plants.
 
On estime la surface cultivée mondiale à 5 millions d'hectares, essentiellement
en Asie et en Amérique, bien que sa relative plasticité lui permette d'être cultivée
entre le 60e degré de latitude nord et le 40e degré de latitude sud.
 
Le degré de maturation et la méthode de récolte des feuilles constitue un élément
essentiel et déterminant pour leur destination. Sous-maturées, les feuilles sont destinées aux capes pour cigares (l'enveloppe extérieure).
 
La récolte en feuilles peut durer plus d'un mois, les feuilles étant récoltées une par une selon la maturation, tandis que la récolte par tige est beaucoup plus rapide car
mécanisée, mais au détriment de la qualité.
 
Les feuilles de tabac récoltées, elles sont séchées pour éliminer plus de
90 % de leur eau. Les tabacs en feuilles sont classés selon leur variété
ou leur mode de séchage :
  • sun-cured, tabacs orientaux séchés au soleil ;
  • flue-cured, tabacs type Virginie séchés à l'air chaud, très appréciés ;
  • fire-cured, tabacs noirs type Kentucky séchés au feu ;
  • dark air-cured, tabacs noirs séchés à l'air, goût français ;
  • light air-cured, tabacs clairs type White Burley séchés à l'air naturel,
  •  
  • goût américain ;
 
S'ensuit soit un stockage pour les tabacs fire-cured ou certains light
air-cured, soit une fermentation pour favoriser la volatilisation de la
nicotine et de l'ammoniac.

Publié dans yahp

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article